16/05/2011

"Necropolis 1209" de Santiago Gamboa

Encore un livre dans le cadre des AIR mais cette fois c’est pour 2011.  

 

« Necropolis 1209 » du Colombien Gamboa  est un livre déroutant. Après en avoir lu les ¾ et je ne savais toujours pas si j’aimais ou pas. Finalement, c’est un livre qui a de l’intérêt mais que je ne suis pas certaine d’avoir envie de relire ou même de recommander.

 

Dans la première partie, le personnage est un écrivain qui sort d’une longue maladie qui l’a écarté de ses amis, de sa ville, de sa vie… Il est invité à un congrès à Jérusalem sur les biographies. Bien qu’il n’ait pas vraiment rédigé de biographie, il décide de s’y rendre car le cachet est intéressant. Cela lui donne des perspectives car depuis sa maladie il n’a plus envie d’écrire. Il arrive à Jérusalem en pleine guerre… Il nous raconte la première soirée où il nous présente les différents congressistes qui sont assez particuliers. Il y rencontre une de ses connaissances Israélienne qui semble avoir plus de succès que lui et qui va lui faire découvrir Jérusalem by  night. Il fait la rencontre d’une journaliste islandaise qui va les accompagner et qui surtout sera présente lors de la découverte du cadavre d’un des congressistes. Commence alors une enquête et une aventure sexuelle. Fin de la première partie …   Entrelacée avec cette première partie, des chapitres sur la vie très mouvementé du congressiste assassiné ….

 

C’est très cru, dans un style très imagé mais intéressant et très vivant. L’histoire d’une secte qui va se mettre en place avec un messie racontée par un des ses premiers apôtre. Histoires de drogue, de prostitutions, de prisons… avec la montée en puissance du messie qui va petit à petit céder à la tentation de l’homosexualité sur une grande échelle…. Avec un apôtre qui va, lui, découvrir les livres et une seconde rédemption par la culture.  

 

Les chapitres suivants sont des histoires racontées par les différents congressistes on y aperçoit de temps à autre un lien avec les autres congressistes mais c’est très déroutant car il n’est pas toujours simple de les voir ces liens. Toutes les histoires sont des destins assez tragiques. Cela se passe régulièrement en Amérique du Sud. Et au milieu, deux femmes qui ont été en contact avec le congressiste assassiné et qui vont donner une autre vision de ce personnage.

 

J’oubliais il y a également un écrivain raté, un éditeur très strict, une reine du porno et son mari qui veulent révolutionner le monde grâce à leurs films. Bref très haut en couleurs, tout cela dans un hotel de luxe, dans une ville assiégée.  

 

Le personnage principal se passionne petit à petit pour cette histoire bien plus que pour le congrès. Une histoire qui va chambouler sa vie et qui va exercer un attrait / mimétisme impressionnant. J’avoue que la fin m’a laissé dubitative…  

 

En conclusion une écriture puissante, un vrai style, un roman que l’on n’oublie pas le lendemain mais en même temps une sensation de décousu, de brouillon qui me laisse perplexe.  

 

La première phrase La lettre d’invitation à cet étrange congrès – Congrès International des Biographes et de la Mémoire (CIBM) – était arrivée parmi un monceau d’enveloppes sans importance, aussi l’avais-je laissée traîner plus d’une semaine sur mon bureau, sans l’ouvrir, jusqu’au jour où la femme de ménage, qui se fait parfois un devoir de ranger mes affaires, me demanda : et cette lettre? Au panier?  

Écrire un commentaire